Le Petit Séminaire Notre Dame Reine Des Apôtres – Mugeri

Dans une brève synthèse, nous reprenons les moments marquants de l’histoire du petit séminaire de Mugeri. Elle s’appesantit davantage sur la genèse de cette institution qui remonte aux premières années qui suivirent l’évangélisation de notre diocèse. En effet, son ancêtre fut une école des catéchistes qui fonctionnait à Nyangezi depuis Pâques 1916. En novembre 1917, sur décision de Mgr ROELENS, elle fut transférée à Mwanda / Katana, une contrée jugée plus fertile et plus pittoresque[1]. Le père J. WATTEYNE, puis le Père . P. COLLES successivement supérieurs de la mission de Mwanda tenaient la direction de cette école.

 

 

 

C’est elle qui fournit au Petit séminaire de Katana l’effectif de ses 14 premiers élèves latinistes. Ils ouvrirent l’année scolaire 1921-1922 dans les bâtiments en pisés de l’école des catéchistes de Mwanda. Le premier supérieur du Petit séminaire fut le R.P. VERBEKE  assisté par l’Abbé Félix MAKOLOVERA, alors séminariste en probation.

Les séminaristes et les catéchistes de l’école normale partageaient les mêmes locaux. Lors de sa visite à la mission de Katana en 1922, Mgr ROELENS se rendit compte que les œuvres y étaient à l’étroit. Il pris la décision de déménager les écoles vers un emplacement définitif sur le site du cap de Mugeri. Aux dires de Mgr ROELENS, « un endroit tout indiqué pour y établir l’école normale, le petit séminaire et le grand séminaire et la résidence du futur vicaire apostolique[2] ».

Les constructions, désormais en matériaux durables, commencèrent le 01 juin 1923, sous la direction du frère Hilaire. Sur demande de Mgr Victore ROELENS les travaux furent momentanément suspendus en septembre, en vue de tracer un plan de construction plus adapté et plus étendu. Le Père VERBEKE en proposa un et l’envoya à Mgr ROELENS pour approbation. Celui-ci après l’avoir retouchée l’expédia à Mugeri et les travaux reprirent en février 1924. Dès le 17 octobre 1924, le Père VERBEKE 5DIRECTEUR° ET L4Abbé Bruno KALUMBWA (professeur) furent les premiers à s’y installer. Le Père Michel DESPLENTER (professeur et économe) arrivée de Burhale le D24 octobre et l’Abbé Stefano KAOZE (professeur) venu de Kabare le 29 octobre 1924  formèrent l’équipe des formateurs. La rentrée officielle fut placée au 30 octobre 1924 avec 90 élèves inscrits. Cette date fut dès lors retenue comme celle de la fondation historique du petit séminaire de Mugeri, sous l’épiscopat de Mgr Edouard LEYS, premier évêque du Kivu. Une chapelle provisoire, les dortoirs et les classes étaient achevés. L’habitation des pères avait déjà la toiture, mais n’était pas encore aménagée. Ceux-ci occupèrent provisoirement le bâtiment qui alors était destiné à recevoir les stagiaires, la pharmacie et l’infirmerie[3].

Le 18 octobre 1930, Mgr Edouard LEYS établi sa résidence à Mugeri. En novembre 1931, lors d’une visite, le délégué apostolique Son Excellence Monseigneur DELLEPIANE décida la séparation au plutôt du petit séminaire et de l’école normale. Il prévoyait que l’école normale irait se rétablir à la mission de Katana et serait si possible confiée à des frères enseignants sous la direction d’un père[4], mais au mois de septembre 1934, Mgr Edouard LEYS procéda plutôt à la séparation des deux écoles à Mugeri même. Aux séminaristes on imposa la langue française afin de les préparer aux études du Grand Séminaire, tandis qu’aux enseignants la langue adoptée fut le Swahili. Dès l’année scolaire 1935-1936 la séparation fut complète non seulement des classes et de la cour, mais aussi des autres bâtiments à l’exception de la chapelle.

Pour compléter le plan, les travaux de construction de la chapelle définitive débutèrent en 1936. Elle sera inaugurée la veille de Noël 1939. C’est au pied de son autel que repose le premier Vicaire Apostolique du Kivu, Monseigneur Edouard LEYS depuis le 15 août 1945.

Les pères blancs restèrent à la tête du Petit Séminaire de Mugeri jusqu’en 1960, lorsque Mgr RUNIGA en prit la direction, l’année scolaire 1960-1961. A partir de l’année 1961, le terme « supérieur » disparu pour céder la place à celui de « recteur ».

En 1966, pour plus d’efficacité dans la formation le Cycle d’orientation du Petit séminaire fut transféré à Cibimbi. Il y fonctionnera de manière autonome jusqu’en 1998. Il convient aussi de noter que depuis son stade embryonnaire jusqu’en 1982 l’équipe des formateurs du Petit Séminaire a toujours été composée des pères blancs et des Abbés du clergé diocésain. Le dernier père blanc à Mugeri fut le R.P. Roger DEVLOO, il y mourut le 21 février 1983. Il repose aux côtés de Mgr Edouard LEYS et du père VAN KEEP.

Comme une réalisation de la prophétie de Mgr ROELENS, en 1986 quand Mgr Aloïs MULINDWA créa la Propédeutique Spirituelle de l’Archidiocèse de Bukavu, le Petit Séminaire de Mugeri accueillit dans une de ses ailes la nouvelle institution encore en ses débuts.

L’année scolaire 1998-1999, sous l’épiscopat de Mgr Emmanuel KATALIKO, le Cycle d’orientation qui depuis si longtemps fonctionnait à Cibimbi fut de nouveau transféré à Mugeri. Deux raisons majeures militèrent pour ce nouveau transfère : d’abord parce que les effectifs baissaient sensiblement, et les coûts d’entretiens des deux maisons pesaient plus lourd. Ensuite parce qu’il fallait absolument doter la Propédeutique spirituelle des structures autonomes. C’est ainsi que la propédeutique déménagea pour Cibimbi à Nyangezi et les deux premières années du Petit Séminaire retournèrent à Mugeri.

En date du 24 octobre 2002, à la suite d’un violent tremblement de terre, la chapelle de Mugeri s’écroula en partie. Depuis lors, les activités spirituelles et liturgiques se déroulent dans la grande salle polyvalente. Mais grâce à l’aide de Missio et la contribution des parents, elle a été réhabilité.

Depuis sa création jusqu’à nos jours, Mugeri reste fier d’avoir formé la grande majorité de la crème intellectuelle du Congo en général et du Kivu en particulier.

[1]  P. COLLE, « Extrait d’un rapport demandé par le T.R.P. Général des Pères Blancs », le 30 janvier 1929.

[2]  Lettre de Mgr ROELENS au Supérieur Général, Beaudoinville, 10.10.1922, Archives P. BL., I.216.

[3]  Archives du Petit Séminaire de Mugeri « Petit Séminaire de Katana (Mugeri) : le passé, p. 3

[4]  Archives du Petit Séminaire, Rapport annuel 1933-1934.