FILLES DE LA RÉSURRECTION: PRIEURE DE BUKAVU – MIRHI


 

  1. DEVISE :

Servir  les  plus  pauvres.   Cfr  Mt :  25  ‘’ce  que  vous  avez  fait  aux  plus
petits  de   mes  frères,  c’est   à  moi  que  vous  l’avez fait’’

  1. ORIGINE :

L’Institut  de  la  Résurrection   est  né  à  Walungu   au  sein  d’un couvent   de   Chanoinesses    du   Saint   Sépulcre   où   Mère  HADEWYCH  était  supérieure.

Les  troubles  qui  suivirent  l’indépendance du  CONGO, en  1960, furent   la cause  d’une  profonde   misère  dans  la  population.    Cette   situation   déplorable   inspira   bien   des  jeunes   filles   à consacrer  leur   vie   au  Seigneur   pour aider leur peuple.    Mère HADEWYCH  tenta  de  les   regrouper
.

Le  père  Jean  ENGELEN  de l’ordre  des  Prémontrés,   conduisit    le   P.  WERENFRIED     VAN     STRAATEN     jusqu’à   Walungu.   Voyant  cette  misère  de  la  population  et  ses  jeunes  filles   qui  n’avaient   pas   fait   d’études   mais   qui   aspiraient   à  une  vie  religieuse,    il   proposa   que   l’Aide  à  l’Eglise en  Détresse (A.E.D)  apporte  son   soutien  afin  de  permettre   à   l’aventure  qui commençait  de  se  réaliser.

Monseigneur   MULINDWA,   archevêque   de   Bukavu,  fut consulté   et  donna  son  encouragement   à   qu’il   considérait   comme  une  grâce  pour  son  diocèse.   Rome  approuva   en   1968   la   fondation   de   l’Institut   de  la  Résurrection.

  1. VIE   DE   LA   FONDATRICE :

Née     en     1907    en     Flandre     occidentale  (Belgique) Jeanne  HADEWYCH  entra  au couvent  des  chanoinesses   du   Saint   Sépulcre   le 8 septembre 1928.    Elle   arriva  au  Congo  en   1934  et  travailla  plusieurs  années   dans  le  Haut – Congo, au 0diocèse de Buta.  Elle  arrive   à  Walungu   le 1er Août   1958.  C’est   là  qu’elle   fonde  le  prieuré  de  la  Résurrection   en   1966
. Elle  sera  élue première  Mère  Prieure   des  Filles   de  la  Résurrection   le  21  Août   1982.

En   1988,   elle    reçoit   le   nom    de   ‘’Mugaka’’    (Grand – mère)   et  est  remplacée   par  la   première   Mère  Prieure   autochtone.  Le   7 oct 1993, elle  rend  son  âme à  Dieu  après   une   longue    et    pénible   maladie.     Elle  est  morte  comme  elle  a  vécu, sourire  aux  lèvres,  jeune   parmi  les  jeunes.   Avoir  son  œuvre,  nous  affirmons  qu’elle   vit   encore
.

En  effet, sa  devise   était : «  Non,  je  ne  mourrai  pas,  je  vivrais. »

 

  1. SES QUELQUES  PAROLES-CLÉS   :  

 

  1. « Mes enfants, sans  sacrifices   et  sans  mortifications,  vous  n’arriverez  jamais  à  une  vie  spirituelle   vraie.
  2. « Don de soi,   persévérance   et   fidélité,   mes   enfants ».
  3. « Il ne suffit   pas  d’être   appelée   religieuse    mais   de  faire  toujours  ce  que  Dieu   demande   et   attend   de   vous ».
  4. «  Ne vous  détournez   jamais   de   votre   charisme »

                  5. CHARISME :

Le  charisme   du   prieuré   apparaît   déjà  dans   son  nom  qui  le  rattache   au   Mystère   de  la   Résurrection   du  Christ.  Il  s’exprime   également  dans  la  ferme  volonté   des   sœurs  d’être  insérées  dans   le  milieu   africain.  Cette,  insertion  est indispensable   pour  qu’elles puissent :

Mener   un   style   de   vie   qui   parle   aux   Africains    et   où   s’expriment :    joie,   vie simple,  solidarité,   accueil,     vie   en  commun,  générosité,  dialogue,  hospitalité,  paix, ….

Sentir  les  aspirations   de  leurs   frères  africains   et  y  répondre :

Aider   leur  peuple  à  découvrir  que   c’est  seulement   dans  le  Christ   que  ces  aspirations    peuvent    trouver    leur    accomplissement.

Vivant   en  communauté,   les   filles   de  la   Résurrection   célèbrent  l’Eucharistie,  récitent   4  fois   par   jour   l’office   Divin.  Par  leur  consécration  à Dieu,  elles  s’efforcent   de   vivre   le   Mystère   de  la   Résurrection :   une  mort   au   péché   pour   ressusciter   avec  le   Christ   et   libérer   leurs  frères  du  péché   et   de  tout   autre   esclavage   spirituel,   moral   et  matériel

Sildenafil had no effect on saquinavir pharmacokinetics. tadalafil online prompted the development of a sublingual pill..

peripheral resistance bringing about tremendous increase cialis online Apomorphine has shown efficacy in placebo-controlled.

.

Les  filles   de   la   Résurrection    suivent    et   vivent    la    spiritualité  de   saint   Augustin.    Elles   sont   semi – contemplatives    et   suivent  Augustin  comme  apôtre   et   comme   moine.    Elles   sont   appelées   à   servir  les   plus  pauvres   dans   la   joie,   la  simplicité   et   le   dont   total   à   Jésus  ressuscité
.

  1. EXTENSION :

Les  filles de la Résurrection  sont  actuellement   réparties en   22  communautés  dont 17  dans   l’archidiocèse  de Bukavu.

  1. ACTIVITES: 

Les  filles   de   la   Résurrection,  fidèles à  leur  charisme,  s’appliquent  à  la  sanctification   de  leur  peuple  par  la   pratique   d’une   charité   à  la   fois   spirituelle   et  en   se  mettant   au  service   de  l’Eglise   des  pauvres.  Dans  ce  but,  elles donnent  la  priorité   aux  diverses  formes   de  service  pastoral,   à  l’aide   familiale,     au   soin    des  malades    et,   de   façon   toute particulière,  à  la  promotion   de  la  femme. Elles  s’appliquent  avec   un  zèle   tout   spécial   à   toutes   formes    de   catéchèses    et   à   la  préposition   aux   sacrements….   Pour   autant  que  ces  tâches,  Leur soient   confiées  par  l’évêque.

Dans    les    centres    de    santé,     les   maternités    ou    dispensaires  confiés   à   leurs   soins,   les   sœurs   profiteront  de  toutes  les  occasions  pour   favoriser  la  promotion   humaine   et  chrétienne   de  la   femme.

A   travers  tous   les  malades   et   nécessiteux,   elles  aimeront  le  Christ.

  1. CONDITIONS D’ADMISSION :

Son   charisme    étant  avant   tout   le service,   le  prieuré   admet   en   son   sein   toute   jeune  fille   chrétienne,         généreuse    et   décidée,   âgée   d’au   moins   17  ans,   jouissant    d’une  bonne  santé  physique et  psychique  et    recommandée     par    sa  communauté  chrétienne   et   par  le   curé    de   sa  paroisse.    Elle   doit  aimer  les  pauvres.  Elle   doit  avoir   un   diplôme    d’au   moins   quatre ans  post – primaire.  Elle   doit  être  joyeuse :    car   le   Christ  ressuscité   que   nous   servons   fait  notre  joie.      La  candidate  se  prépara  à  accepter  n’importe  quel  travail  dans  la communauté.

  1. LA FORMATION :  

Avant  leur  définitive,  le   prieuré   dispense    à   ses candidates

a) une formation  intellectuelle

Le   prieuré  détache   des  sœurs   pour   assurer  la  formation   intellectuelle   à  nos  aspirantes    dont   niveau   est  très  bas.    Cette  formation    s’étend   sur   six  ans   au   minimum.    Elles   apprennent   aussi  le   savoir  0 vivre.     Le   prieuré    envoie     des    sœurs    dans  différentes  écoles   ou  instituts   d’après   les   capacités   de  chacune.

b) Une formation   spirituelle

Initiation à la   prière et  à  la vie religieuse, doctrine chrétienne, histoire de l’Eglise,   Ecriture Sainte,  Règle de St Augustin…

Les  étapes  de  la  formation :   postulat  –  noviciat  –  vœux :       2  ans du postulat, 2  ans du noviciat,    6  à  9 ans   de

vœux   temporaires.

  1. ADRESSE :

Prieuré   de  la  Résurrection .      Paroisse   de   Murhesa  –  Mirhi      B.P  690  OU   162  –  BUKAVU

Tél :                                                                          Email :