L’ORDRE  DES   CARMES   DECHAUSSES


    

  1. Devise :

              « Je   brule   de  zèle   pour   le  seigneur,  Dieu   des  armées » ( 1R  19,  10)

    (Adeur   jalouse,  attachement   passionné   au  combat   pour   la  gloire   de  Dieu :  Ex 20, 5, 34, 14).

  1. Les origines :  

Au  mont  Carmel,  en  Terre  Sainte,  vers  le  XIIIe S .  Notre   Institut,  dont  le  nom  est  lié  au  de   sa  naissance,   est   né  le   jour   où   un   groupe  d’ermites   qui  avaient   choisi  le  prophète   Elie  comme   leur  Père   spirituel   et   leur   modèle  de   vie  érémitique   reçut   la   Règle   de  vie  de  la  main  d’Albert,    patriarche  de  Jérusalem.  A  cette  dévotion  à  Elie,  ils  ajoutent   la dévotion   mariale,  en  dédiant   leur  première   chapelle  à  la  Vierge  Marie.  L’exode    vers    l’Occident   (Europe),   sous   la  poussée    de   l’Islam  vers   les années   1238.  C’est   de  leur  profonde   dévotion   en  vers   Marie  que   les premiers   moines  ont   parfaitement   tiré  le  nom   de  la  Congrégation

. Leur   installation  en  Europe,  ayant  exigé   quelques    modifications   pour   raison  d’intégration,  conduira   au  relâchement. On  Comprendra   pourquoi,    au   VIIe  Siècle,   Thérèse   de  Jésus,  aidée   par   Jean   de  la  Croix,  inaugurera  sa   réforme   qui   dure   jusqu’à  ce  jour.   La   totale  indépendance   des   Déchaux   par   rapport   à  l’ordre   fut   décidée  le   06   juin  1593  et   ratifiée   par  le  Pape   Clément  VIII   le   20  décembre   de   la  même  année.

 

  1. Thérèse d’Avila  (1515-1582),  dont  on  a  envie   de  souligner

Le  tempérament   mâle,  est la  détermination  infatigable  et  l’entêtement même.  Grande  lectrice   de   roman  de   chevalerie   dans  la   jeunesse,  elle  commencera   la   vie   du  Carmel   sous  le  nom   de  Thérèse   de   Jésus.   Profondément    enracinée   dans   sa   culture   espagnole,  cette   femme d’origine   juive  entra   au  Carmel   de  l’Incarnation   en   1535. Après  avoir   des  expériences,   mystiques  extraordinaires,  elle  résolut   de  vivre   selon    la   règle  primitive.

C’est  ainsi  qu’elle  fonda  en  1562  le  Couvent   Saint  Joseph   d’Avila ; puis,  à  partir  de  1567, d’autres    couvents    réformés    dans   toute   la   Castille (Espagne), tandis  qu’elle  confiait   à  Jean  de  la  Croix  (1542-1591)la même  mission   pour  les   carmels  masculins

No adverse effect levels in the rat and dog were 60 mg/kg and 15 mg/kg respectively. buy tadalafil It may be inferred from the present results that higher doses of Sildenafil citrate consumption may have resulted in degenerative and atrophic changes observed in the renal corpuscle..

.

1571-1574, elle  retourna  à  l’Incarnation  pour  y  établir  sa   réforme   avec l’aide   de  Jean  de  la  Croix.  Elle  dut  lutter  contre  l’hostilité   des  mitigés,   mais   triomphera  lorsque  une  « province »  réformée   fut  créée   sous   la  direction   du   Père   Gratien   en  1580.  A  la  fin  de   sa   vie,  seize  maisons féminines    et   quatorze   masculines   avaient   été   fondées.   Depuis   lors,   l’Ordre   du   Carmel,  tirant   sa  source  spirituelle   du   prophète  Elie  et  de  Vierge  Marie, un  même  tronc , fonctionne   désormais   en  deux   branches  autonomes :  les   Chaussés   ou    Grands    Carmes   et    les  Déchaussés (ou  Thérésiens).

4. Intention –Esprit-objectif                                                                                                         

   L’ordre   du    Cardinal,    ce   sont   les    religieux   Carmes    pour   qui   vie d’oraison et  vie    apostolique   se   mêlent    comme   deux     temps    d’un   même    mouvement.     A   la   fois    contemplatifs    et    apôtres,   le    fait    de   considérer    la    volonté     de     Dieu    comme     absolu     leur    permet     de   recréer    sans   cesse   l’équilibre entre contemplation  et  apostolat.

Le   Carmel,    ce    sont    également     ces   Sœurs    (carmélites)    vivant    en   monastères    autonomes    et   en   clôturé,   mais   attentives    aux   besoins   de   leurs   frères    et   portant    devant    Dieu   le   souci   de    l’Eglise    et  du monde    entier.     Si   le   silence   et   la   solitude    rendent    lame    libre   pour rejoindre   sans   cesse  le   Seigneur,  le  travail  et   la  pénitence   la   disposent à   l’union   avec    Dieu.   Et   alors   jaillit   spontanément   le   désir   de   donner  Dieu    aux    hommes   par   la   prière   et   le   sacrifice   caché.

Le   Carmel,  ce  sont   aussi   les  congrégations   religieuses   carmélitaines   qui   vivent    leur   appartenance   au   Carmel    dans   une   présence   au   milieu  du    monde.  Ajoutez   enfin   les Instituts   séculiers  qui,  comme  une  branche neuve,  ont   jailli du  vieux   tronc  séculaire.  Imprégnés   de  l’esprit  des  saints carmel  a   fait  fleurir,  ces  instituts   sont   comme   le  levain   mêlé  à  pâte   pour   la  dilater.   Il  en   est   de   même  des  fraternités   laïques  qui   ne cessent   de  naître  partout.

Le   carmel, c’est   finalement   une   famille.  Quelle  que  soit  la  forme   de  vie, c’est   toujours   la   recherche  de  l’union   à  Dieu,  de  cette   présence  à  Dieu du   prophète   Elie  (1R   17, 1),  qui  tend   une   prière   continuelle  à laquelle  on   se   dispose    et   que  l’on   reçoit  comme   don.   Se  sentir   devant   Dieu  dans  une  prière  silencieuse  et  répondre  aux  appels  de l’Eglise  (1R 19 1910)    avec   une   vocation  contemplative   et   érémitique  (1R  17  3). Tel   est   l’idéal  de  tous   ceux   qui  vivent   de  la spiritualité  que  nous  ont  léguée Thérèse   de   Jésus,   Jean    de   la   Croix,   Thérèse    de    l’enfant    Jésus  …  «  Méditer   jour  et   nuit   la   loi  du   Seigneur   et  veiller   dans  la  prière », tel                                              est   le  précepte   central   de   l’unique   Règle   du   Carmel.                                           

  1. Charisme
  • Vivre dans  la  dépendance   à  Jésus   Christ  et   chercher  Dieu  vivant    par   la  prière    et   la   méditation   de   la   parole   de   Dieu ,…(aspect   contemplatif).
  • Grandir dans la   communion   et   dans   fraternité   par  le  respect   mutuel,  le   dialogue,  la  coopération   et   le  témoignage  d’un   amour fraternel,   inconditionnel   et  solitaire  (aspect  fraternel).
  • Servir le Peuple   de   Dieu,  à  l’instar  du   prophète   Elie  (cfr  1R  17, 18-24 ;  Si  48,  10 ;  1R 17, 3-6 ;  9-11 ;  16-19 ;  R 21, 17-19 ;  18, 20-24 ;  2R 19,1- 14…) et la vierge  Marie (cfr Lc 11, 27- 28 ;  1, 45- 55 ;  2,  1-12.   Jn  2,  1-12 ;  Ac  1,  14 ; etc) (dimension  apostolique).

Elie  nous  oriente   à  nous   éduquer   à  vivre  dans   la  présence   de  Dieu  à  défendre    son   projet    dans   la   faiblesse    humaine,  en   demeurant  toujours  ouverts   aux  chemins  imprévisibles   de  l’Esprit  quant  à  Marie,   elle   nous   enseigne   à   nous   initier  continuellement   à  la  disponibilité en  vers  Dieu  et  à  la proximité  aux  besoins  de  nos  frères
.

Le  scapulaire, habit marial  par  excellence, symbolise  notre   consécration spéciale  à  Marie   et  exprime   en   même  temps  notre  confiance   en  sa protection   maternelle ;  le  désir  d’imiter   sa   vie  livrée  totalement   au  Christ   et   aux   autres.

  1.      Expansion   et  implantation

La  première  expédition   missionnaire  du  Carmel  eut   lieu, du  vivant  de Thérèse   et   Jean   de   la  Croix  le  5 Avril  1582. L’Afrique  sera  l’objectif.   Depuis  lors, les  Carmes  Déchaux  sont  présents  sur  les cinq  continents. En  Afrique, nous  comptons  des  maisons  au  Rwanda,  Burundi,  Kenya, Cameroun,   Nigeria,   Malawi,   Egypte,   Madagascar …   Au   Congo,  la  présence   du  carmel  masculin   date  de  1958. Sur  les  six  couvents   qui constituent   une   Délégation   Générale,   il  faut  citer   spécialement   le  noviciat   de  Kananga  (1979),   Centre   de   spiritualité   et   théologal   à  Kinshasa  (1983), et  la  maison  de  philosophie  (1989) à  Bukavu.

  1. Etapes  de  la  formation    

–      Deux   années  d’aspi radant  (à  l’extérieure) ;      

–      une  année   de  propédeutique  (à   Kananga) ;                                                                          

–      trois années   de  philosophie  (à  Bukavu) ;

–      une  de  noviciat  et  quatre  ans  de  théologie  (à  Kinshasa)
.

 

  1.     Conditions  d’admission :                                          

–     Etre  un homme,   baptisé   et  confirmé   et   pratiquant   de   l’Eglise Catholiques ;

–      Etre  originaire  d’une   famille  chrétienne   exemplaire ;

–      Avoir   au  moins  un  diplôme   d’Etat   ou  de  son  équivalent ;                                                                                   –      L’âge  maximum : 23 ans ( pour  les  diplômes  des  humanités)  et  26 (pour  les  porteurs  d’un  diplôme

de l’enseignement  supérieure)                                                                                                                                                         –    Avoir  un  accompagnateur   spirituel  crédible  pouvant  donner  un  témoignage   crédible ;

–     Une   recommandation   du   curé,  de  la   C.E.B.  est   exigée ;   les parents   ont  le  devoir   d’attester,  par  écrit, leur  consentement à  laisser   leur   fils   suivre   cette   voie,  sans   réclamer   quelqu chose ;

–     Sauf  rare  exception   et  sur  recommandation,  nous  n’acceptons pas   chez   nous   les   candidats  qui   ont  été   déjà   admis   dans   une   autre   maison   de   formation.

 

  1.     Adresse   de  contact  au RDCongo 

–     Theresianum,   Pères   Carmes   Déchaux,   B.P.    7215  Kinshasa

–      Mont  Carmel, Noviciat  des  Pères  Carmes,  B.P.   70  Kananga (Kasaï  Occidental)                                                                                    –      Maison  Saint  Jean  de la Croix, Pères  Carmes,  B.P.  162  Bukavu  (Sud-Kivu)

–       Paroisse   Notre   Dame  du  Carmel,    B.P.   50,  Goma-Katindo.