Paroisse Saint Pierre Claver-NGUBA

La mission des jésuites du collège Alfajiri s’est accompagnée du souci de promouvoir la vie spirituelle et sacramentelle du personnel ouvrir de cette institution. Ainsi le Père POL MEULENEYZER, alors Recteur du collège, transforma-t-il un local du collège en lieu de culte pour les membres du personnel du collège et leurs familles

should be performed by a physician knowledgeable in male cialis without prescription • Neurological illnesses :.

The MORI findings showed from Europe, Asia to Latin buy cialis options applicable to his clinical condition and the related.

. Ce lieu devint en juin 1947 la chapelle dédiée à Saint François-Xavier, sous la responsabilité du Père Ernest VAN DEN BROECKS SJ, alors Ministre du collège.

En 1948, le zèle du Père Jos Van Der AUWERA SJ, alors surveillant et professeur au collège, acheva la construction, avec le concours des élèves, de la grotte dédiée à Notre Dame de Lourdes. Cette dernière fait encore aujourd’hui la beauté de l’actuel lieu de culte et un véritable site de communion intime avec Notre Dame.

En 1950, commença le  premier catéchuménat qui ouvrit le local de culte des « boys » à la population de Nguba, Muhumba et Nyawera, l’érection du collège ayant attiré l’implantation de nombreuses populations à ses alentours. Deux ans plus tard eut lieu la première célébration des sacrements. Le besoin d’une organisation sacramentelle se fit sentir avec acuité.

En janvier 1957, le Recteur du collège obtint de l’architecte BECELAERE le plan de la chapelle des « boys » qui remplaça le local de culte. C’est le Frère PROUVE qui réalisa la splendide chapelle qui accueilli, en plus des familles des ouvriers, les fidèles autochtones de Nguba, Muhumba et Nyawera

Cette œuvre leva un défi indéniable d’ouverture à la population locale alors que la Cathédrale, consacrée en octobre 1951, fut réservée aux seules populations de souche européenne
.

En la fête de Saint François-Xavier en 1958, Mgr Louis Van STEENE, assisté du Père CROONENBERGHS (recteur du collège) bénit la chapelle et la consacra à Saint François-Xavier
. La sainte messe y fut célébrée tous les dimanches en Swahili avec le concours des Pères Missionnaires d’Afrique et des Abbés (notamment MULINDWA, MUNZIHIRWA et KAGARAGU). Plusieurs activités spirituelles, mouvements et organes pastoraux embarquèrent doucement et sûrement les fidèles selon les axes de leur existence et marquèrent progressivement leur croissance dans la foi.

Les événements de Jean SCHRAMME réduisirent à zéro la vitalité de la chapelle du 07 août au 03 décembre 1967. En effet, la chapelle ferma avec la prise de Bukavu par les rebelles et ouvrit le dimanche 3 décembre 1967, fête de Saint François-Xavier avec la grande célébration eucharistique présidée par le Père Ricardo AMURRIO SJ.

La chapelle repris son rythme de croissance et exigea plus de présence jésuite. En juillet 1970, le Père Supérieur Provincial de la Compagnie de Jésus nomma « chapelain » le Père VAN DEN BROECK SJ, et la chapelle devint « chapellenie » avec comme patron Saint Pierre Claver. Des communautés ecclésiales vivantes naquirent et leurs responsables firent vraiment preuve de maturité. Les demandes insistantes des fidèles auprès du Provincial des jésuites trouvèrent une suite favorable en 1981, et la « chapellenie » fut transformée en paroisse.

Une convention de gestion de cette nouvelle paroisse fut signée entre l’Archevêque de Bukavu et le Provincial des jésuites le 11 juin 1981. le 8 août 1981, les Pères Etienne VAN DER STRAETEN SJ et Ernest VAN DEN BROECK SJ furent nommés respectivement curé et vicaire de la jeune paroisse. La cérémonie d’érection elle-même de la paroisse et de l’installation effective du nouveau curé eut lieu le 7 novembre 1981 avec Mgr ALOYS MULINDWA.

L’élan de dynamisme apostolique et de développement de cette nouvelle paroisse ne s’est jamais démenti jusqu’à ce jour. Sa structure de base est constituée d’une équipe sacerdotale jésuite (un curé et deux vicaires), d’une équipe apostolique (une quinzaine de familles religieuses qui oeuvrent dans la paroisse) et un conseil paroissial (prêtres, religieux, religieuses et laïcs représentants de la paroisse).

Le fort du rayonnement de la paroisse réside dans la vitalité des activités des communautés ecclésiales vivantes, des groupes liturgiques, de la coordination des jeunes et des groupes / mouvements de prières. Le poids et la signification de la paroisse pour ses fidèles résident aussi dans le fonctionnement de ses œuvres : cinq écoles influentes de l’Archidiocèse et plusieurs centres sociaux (foyer, écoles des mamans – Centre Cinyabuguma et Centre Umoja, Centre nutritionnel, Caritas, et dispensaire).

Partout où les missionnaires se sont installés, ils se sont mis directement à l’œuvre d’évangélisation des autochtones à travers la création de paroisses avec une organisation intense pour une pastorale des sacrements et de propagation de la foi. La naissance de la paroisse Saint Pierre Claver de Nguba est plutôt comme un accident de parcours. Les missionnaires jésuites sont arrivés à Bukavu pratiquement pour l’éducation et l’instruction de la jeunesse coloniale au collège Alfajiri. L’éducation étant une œuvre particulièrement de collaboration, les jésuites ont trouvé des collaborateurs parmi les populations autochtones qu’il fallait loger à proximité du collège et dont il fallait assurer le bien-être matériel et spirituel. L’érection de la paroisse Saint Pierre Claver est le fruit mûri d’une part du souci des jésuites pour le salut des « âmes autochtones » vivant aux alentours du collège, et, d’autre part de la prise de conscience par la population locale des responsabilités qui lui incombait.

La célébration de cent ans d’évangélisation dans l’Archidiocèse de Bukavu coïncide avec le jubilé de 25 ans de l’existence de la Paroisse Saint Pierre Claver de Nguba. A ce jour, la paroisse de Nguba compte plus de 32.000 habitants dont plus de 20.000 catholiques (soit 62 % de la population de la paroisse), 17 maisons religieuses. Elle tient grâce à Dieu et grâce à une franche collaboration entre l’équipe sacerdotale jésuite, l’équipe apostolique et le conseil paroissial.